logo EDITE Sujets de doctorat

Définition d'un langage pour l'unification des réseaux locaux et des réseaux du cloud

Résumé rédigé par
Directeur de thèse:
Doctorant: Mamadou Tahirou BAH
Unité de recherche UMR 7606 Laboratoire d'informatique de Paris 6

Projet

Les technologies SDN (Software Defined Networks) ont envahi les Clouds depuis les grands rachats de Nicira et de Meraki en 2012 par VMware et Cisco. L’apport du SDN a prouvé l’efficacité et la productivité de la virtualisation des machines dans le Cloud et permet d’automatiser partiellement la création des connexions dans les datacenters. Le mode SaaS (Software as a Service) est alors devenu le mode privilégié d’utilisation des logiciels et d’intégration des services dans le Cloud. La migration en mode SaaS des services complexes des réseaux d’entreprise reste très coûteuse, car elle impose une refonte du système d’information (SI). Ainsi la migration d’un service réseau virtualisé (VNF, Virtualised Network Function) d’un sous réseau ou d’un SI entier, d’une infrastructure vers une autre requiert non seulement la mobilité des machines virtuelles supportant les services à migrer mais aussi la restitution complète du contexte réseau de la fonction virtualisée, notamment à travers son plan d’adressage, ses fonctions de filtrage, de routage ou de haute disponibilité. Pour simplifier, automatiser et réduire les coûts de migration des SI, il faut reproduire les services réseaux du SI dans le Cloud. C’est la virtualisation des services réseaux qui s’appuie sur le NFV (Network Functions Virtualisation). Les réseaux du Cloud et les réseaux locaux d’entreprise doivent donc être unifiés. C’est l’intégration en mode IaaS (Infrastructure as a Service) des services réseaux. L’objectif de cette thèse est d’arriver à cette unification. Pour cela la thèse définira un langage de description des services réseaux unifiés. Le thésard devra également définir et réaliser les composants logiciels permettant un déploiement automatisé de ces services réseaux. Il évaluera également les performances de ces composants sur une plateforme d’intégration disposant de services Cloud. La disponibilité des services définis dans cette thèse permettra de raccourcir les temps de mise sur le marché de solutions d’une infrastructure réseau opérée en mode service. Le thésard profitera également de deux opportunités pour rester très compétitif au niveau de la recherche : • la focalisation des grands acteurs sur le Cloud, qui concentrent les gros marchés d’équipements de réseau, vers des solutions différentes et plus opportunes pour la progression de leur chiffre d’affaire ; • le mouvement Open Source autour du SDN et du Cloud qui met à disposition des solutions logicielles fiables et ouvertes facilement adaptables au choix d’architecture du thésard. Aujourd’hui les utilisateurs de réseaux reconnaissent de la valeur à l’infrastructure réseau et à ses équipements. La solution permettra de faire migrer les utilisateurs vers la solution proposée de gestion de cette infrastructure, car elle réduit les coûts d’intégration et les coûts d’exploitation. La solution préconisée dans cette thèse permettra de localiser les plus-values chez les acteurs de l’IaaS, quelle que soit la solution de Cloud envisagée et quel que soit l’équipementier des réseaux locaux. Cette thèse devra donc être en mesure de développer une solution d’unification facilitant la mise en œuvre de services communicants complexes. Ces services pourront trouver d’autres utilisations notamment dans le Smart Grid, dans l’Internet des Objets (IoT) et le M2M où les interconnexions en mode SaaS trouvent aujourd’hui leur limite. La thèse s’effectuera avec l’aide de la société GANDI qui fournira, en tant que fournisseur de services Cloud, l’environnement nécessaire pour effectuer des démonstrateurs et des tests de fonctionnement. La thèse pourra également donner lieu à des stages dans de grandes universités étrangères dont l’Université de Waterloo qui commence à travailler sur un sujet comparable.